La confrérie des pirates Index du Forum
La confrérie des pirates Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Le code des pirates

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    La confrérie des pirates Index du Forum -> Partie publique -> Le code des pirates
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Shiva-Pirate
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2012
Messages: 143
Localisation: Belgique
Masculin Taureau (20avr-20mai) 龍 Dragon
Point(s): 202
Moyenne de points: 1,41

MessagePosté le: Lun 23 Juil - 08:17 (2012)    Sujet du message: Le code des pirates Répondre en citant

Le code de la piraterie (1ère édition, annotée par Turgan Galikea)

Préambule:

La piraterie, dans son acception originelle, est l'essence même de la liberté et de l'anticonformisme. Les notions de bien ou de mal deviennent caduques de part l'engagement même du pirate à servir son navire et ses comparses. Devenir pirate signifie signer pour une vie d'aventure, de pillages, de batailles, de meurtres, de jeu, de luxure et surtout, une vie libre de toute contrainte.

Toutfois, afin de protéger cette spécificité, il est nécessaire d'encadrer la piraterie par quelques règles élémentaires et justes auxquelles tout pirate en litige avec un autre pirate pourra se référer. De même, ces règles permettent d'organiser les pirates en une structure solide, hiérarchisée et à même de pouvoir répondre à toute sollicitation interne ou externe.




Titre I: de l'organisation.


Chapitre I: La structure de la Piraterie.


Article 1: Le noyau essentiel de la piraterie est le navire. Celui-ci est, pour le pirate, son foyer, sa famille, son territoire. Toute personne s'engageant sur un navire pirate, devient par là-même, un flibustier et s'engagera à défendre son navire au péril de sa vie. A contrario, s'il quitte son navire, il perd automatiquement son statut de pirate.

Article 2: Chaque navire est doté d'une hiérarchie, au sommet de laquelle trône le pacha, à savoir le Capitaine. Celui a toute latitude pour mener son navire comme il l'entend ainsi que l'équipage qui le compose. Le Capitaine est élu par ce dernier. Si un capitaine en place n'a plus la confiance de ses hommes, il peut être démis de ses fonctions par un acte de mutinerie. Si une majorité d'hommes suit la mutinerie, le capitaine en place devra abandonner sa fonction et redevenir simple homme d'équipage. S'ensuivra alors l'élection d'un nouveau capitaine parmi les membres dudit équipage.
Par contre, si la mutinerie échoue, les auteurs seront jugés pour désobéissance et acte de mutinerie infondé.

Article 2bis: Le Capitaine est épaulé dans sa tâche de commandement, par une équipe d'officiers qu'il aura soin de nommer lui-même pour leur attribuer les fonctions qu'il désire. Il peut aussi, parmi ces officiers, nommer un "Second", qui assurera son remplacement à la tête du navire en cas d'empêchement ou d'absence.
Le recrutement est réalisé parfois à l'aide d'épreuves auxquelles les candidats doivent se soumettre pour obtenir le titre d'officier. Ces épreuves sont à la discrétion du capitaine et de l'équipe des officiers déjà en place. (1)

Article 3: chaque pirate doit obéissance à son capitaine et à ses officiers. Tout manquement est soumis à punition (voir articles 25 et 26)


Chapitre II: Le recrutement.

Article 4: Chaque capitaine est libre d'engager qui il désire. Si les officiers ont la confiance du capitaine, ils peuvent également assumer cette tâche. Les membres veterans ayant titre de Corsaire disposent également d'un pouvoir de recrutement destiné à pallier l'absence du capitaine et des officiers.

Article 5: Tout nouveau membre d'équipage devient pirate le jour même de son engagement, sans distinction de race, de sexe ou d'appartenance politique ou religieuse. Tout nouveau pirate devra alors suivre les directives de ses officiers et Capitaine et devra se conformer à ce code, sous peine de sanctions pouvant aller jusqu'à la mort (voir article 25 et 26)

Article 6: Tout pirate nouvellement recruté aura l'obligation de subir une série de brimades, privations et autre tâches ingrâtes afin de prouver la valeur de son engagement au sein de la piraterie. Ces tâches sont déterminées par la capitaine, un officier, un corsaire ou, en leurs absences, par le membre de l'équipage le plus ancien. (2)

Article 7: tout pirate décidant de quitter son navire ou étant renvoyé de celui-ci perdra immédiatement son statut de pirate, ainsi que les droits y afférant.




Titre II: Le statut du Pirate.


Chapitre I: les droits du pirate.

Article 8: Les pirates sont libres et égaux en droits, quels que soient leurs fonctions ou grades. Le code des pirates s'applique à tous, sans distinction aucune.

Article 9: Chaque pirate dispose du droit de porter les couleurs de la piraterie. Chaque pirate est libre de ses propos, agissements, religions, actions politiques et militaires, tant que cela ne contrevient pas aux intérêts de son navire et de la piraterie en général.

Article 10: Chaque pirate dispose d'un droit de vote en cas de mutinerie destinée à renverser un capitaine honni.

Article 11: Chaque pirate dispose du droit de boire, manger, forniquer, jouer et jouir de sa vie comme il l'entend.

Article 12: Chaque pirate dispose du droit de piller, voler, tuer, dueller, massacrer, torturer qui il le désire et quand il le désire, du moment qu'il ne porte pas atteinte aux intérêts d'un autre pirate ou d'un navire pirate.


chapitre II: Les devoirs du pirate.

Article 13: Chaque pirate est soumis à ce code, quel que soit son grade ou sa fonction.

Article 14: Chaque pirate doit obésissance à son capitaine et à ses officiers, sauf si désaccord trop profond qui mènera immanquablement vers une mutinerie.

Article 14bis: Tous les ordres donnés par le capitaine ou les officiers peuvent être discutés et débattus par les matelots, sauf lorsque la situation ne s'y prête pas, notamment en cours de combat.

Article 15: Chaque pirate se doit de défendre son navire ou tout membre d'équipage agressé par un individu n'étant pas membre de la piraterie.



Titre III: La justice pirate.


Chapitre I: Fonctionnement.


Article 16: Tout litige opposant un pirate à un non pirate se règle selon les desiderata du pirate concerné. Il a toute lattitude pour obtenir gain de cause, selon les procédés qu'il désire. Le pirate n'est soumis à aucune loi autre que celle de la piraterie, sauf accord express de celle-ci. Chaque pirate est ensuite libre de se conformer aux lois terrestres s'il le désire, du moment qu'il respecte en premier lieu le code des pirates.(3)

Article 17: Tout litige opposant deux pirates se règle aux choix des parties en présence par un duel armé ou par une joute verbale, ou tout autre moyen choisi d'un commun accord par les parties en litige. Le duel est jugé par les pirates en présence qui déterminent le vainqueur. Ce dernier obtient immédiatement gain de cause, au détriment du perdant.

Article 18: Si les parties en présence ne parviennent pas à un accord sur le moyen de régler leur contentieux, il peut être fait appel au "Maître d'équipage" d'un navire, préalablement démocratiquement élu par l'ensemble de l'équipage et qui servira de médiateur.

Article 19: Le jugement rendu par le "Maître d'équipage" vaut règlement judiciaire. Si une des parties conteste ce jugement, elle peut faire appel au tribunal pirate.

Article 19bis: Tout pirate considérant être injustement lésé par un de ses comparses ou par un de ses officiers ou capitaine (sans remettre en cause la légitimité même de leur autorité) pourra saisir le tribunal pirate.


Chapitre II: le Tribunal pirate.

Article 20: le Tribunal pirate est au sommet de la pyramide judiciaire pirate. Il oeuvre pour la défense de la piraterie en général et pour la défense des pirates en particulier.

Article 20bis: cette instance se réunit de manière exceptionnelle, en cas de litige entre un officier et un de ses subordonnés, sans remise en cause officielle de la légitimité de l'autorité dudit officier. Elle se réunit également lorsque le jugement rendu par un officier ou capitaine lors d'une tentative de médiation est remis en cause par une des deux parties.

Article 21: le tribunal pirate, en tant qu'autorité collégiale, est constitué des "Maîtres d'équipages" de chaque navire (ou d'un de leur représentant nommé par ceux-ci). Il est présidé par un juge élu par l'ensemble des pirates et en place jusqu'à remise en question de son autorité par une majorité de pirates.

Article 22: le tribunal pirate statue par vote de tous ses membres. En cas d'égalité des suffrages, le juge dispose d'une voix prépondérante qui emporte la décision. La sentence est annoncée par le juge, au nom du tribunal.

Article 23: toute décison du tribunal pirate est ferme et définitive et prend effet dès sa notification aux parties en présence.

Article 24: Tout pirate a le droit de se faire accompagner de la personne de son choix pour l'aider dans la défense de ses intérêts.


Chapitre III: Les peines.

Article 25: les sanctions disciplinaires sont à la discrétion du capitaine ou de ses officiers. (4)

Article 26: les condamnations par juge-médiateur ou par le Tribunal pirate sont à leur discrétion.(4)




Addendum:

(1)Les épreuves pour devenir officier trouvent leurs origines dans les rites chamaniques destinées à déterminer qui est digne ou non de rejoindre les rangs des chamans. Ces épreuves chamaniques ont peu à peu été revisitées par les marins, qui se les ont appropriées en les rendant plus pragmatiques et plus en adéquation avec la vie à bord d'un navire, ainsi que les aptitudes à commander, nécessaires à tout prétendant officier.

(2)les brimades les plus en vogue sur les navires consistent la plupart du temps à faire briquer le pont aux petits nouveaux, à leur prodiguer quelques vannes bien senties ou à tester leur aptitude à encaisser quelques rudes tâches physiques demandant force de caractère et endurance. Bien qu'encadrées par ce code, il n'en reste pas moins que ces brimades s'improvisent généralement entre pirates présents au moment de l'intronisation d'un nouveau venu.

(3)En ce qui concerne le droit des pirates et sa coexistence avec les autres droits, traditions et us, il existe souvent des chevauchement. C'est pourquoi il est stipulé que le droit des pirates prévaut sur tout autre code, loi ou tradition. Cela cause notamment quelques soucis d'ordre éthique aux druides pirates qui sont écartelés entre leur appartenance à la piraterie et leur obligation de protéger la vie et la nature. Néanmoins, si un druide pirate venait à violer une règle de la Flibuste, sous prétexte d'obéir à une règle druidique, il serait passible de sanctions parfois lourdes.

(4)Les peines prononcées en matière disciplinaire ou par condamantion sont variées. Elles ont pour origine les traditions trolles et orques, remaniées au fil du temps par les différentes marines, pirates ou non. Les peines les moins lourdes vont du bricage de pont et autres corvées jusqu'au bannissement temporaire ou consignation à terre.
Les peines les plus lourdes vont des coups de fouet, abandon sur une île déserte avec une bouteille de rhum et un pistolet, renvoi du navire, supplice de la planche ou de la boite à bobo, jusqu'à la mort pure et simple par pendaison, décapitation ou tout autre procédé.
_________________
.
Si tu avais combattu comme un homme, tu n'aurais pas été pendu comme un chien !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 23 Juil - 08:17 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    La confrérie des pirates Index du Forum -> Partie publique -> Le code des pirates Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com